FILMS SUR LA COURSE A PIED

J’ai une autre passion c’est le cinéma.
Je vais vous mettre tous les films que je trouve sur la course à pied.

1)les chariots de feu

Chariots-de-feu-mr-bean-768x432

Les Chariots de Feu, Oscars du meilleur film et du meilleur scénario original, s’inspire de la vie de deux athlètes britanniques en lice aux Jeux Olympiques de 1924 à Paris. L’Anglais Harold Abrahams, juif, surmonte l’antisémitisme et la discrimination sociale pour pouvoir se mesurer à « l’Ecossais volant », Eric Liddell.

Les Chariots de Feu ont popularisé le défi de la Grande Cour du Trinity College de Cambridge où les étudiants de Cambridge tentent de faire le tour la Grande Cour (360m) avant que le douzième coup de midi ne retentisse (entre 43 et 44 secondes en fonction des conditions atmosphériques qui influent sur le mécanisme de l’horloge).

2)free to run

free to run

Réalisé par le suisse Pierre Morath, ce documentaire raconte pour la première fois la fabuleuse épopée de la course à pied des années 60 à nos jours. Plus qu’un énième documentaire, Free To Run s’interroge sur l’évolution de notre société et allie sport et histoire. Il possède ainsi tous les ingrédients pour devenir le Red Army de 2016. Journaliste et historien Pierre Morath fut également un grand espoir de l’athlétisme suisse au cours de sa jeunesse sur 1500 m. Malheureusement, une blessure au bas du corps stoppa nette sa carrière, il se dirige donc vers des études d’Histoire et se lance par la suite dans la grande aventure du cinéma. Pierre Morath n’en est ainsi pas à son premier documentaire sur le sport. En 2008, était sorti Togo dans lequel on suivait l’équipe de football du Togo pendant la Coupe du Monde 2006. Quelques années auparavant, Morath s’était déjà fait remarquer en co-réalisant l’excellent documentaire Les Règles du Jeu sorti en 2005 sur l’équipe de hockey du Servette Genève. Dans Free To Run, le réalisateur mêle ici images d’archives et témoignages des pionniers de la course à pied. Ainsi, on y découvre l’évolution du running, de pratique marginale à véritable phénomène de société. Free To Run commence dans les années 60 et va se pencher sur différents moments qui ont permis à la course à pied d’arriver là où elle en est aujourd’hui. Le long-métrage raconte ainsi le chemin de croix de la première femme à avoir couru un marathon Kathrin Switzer en 1967, mais aussi l’épopée de la revue Spiridon (revue qui n’est plus publiée depuis) ou bien encore l’incroyable, mais trop courte carrière de Steve Prefontaine. Free To Run consacre également une très (trop ?) grande partie à l’histoire du marathon de New York et à son fondateur Fred Lebow, véritable symbole de l’ascension et de la popularisation du running. En prenants différents angles, on voit ainsi très bien comment ce sport a évolué et quelle place il a aujourd’hui. Il permet également de comprendre comment la course à pied est devenue un business rentable, beaucoup seront étonnés quand ils verront comment était Nike à ses débuts. Le film de Pierre Morath permet par ailleurs d’aller beaucoup plus loin dans la réflexion, en s’interrogeant notamment sur l’évolution de la place de la femme dans le sport, sur la relation entre l’Homme et son environnement ou encore sur la recherche de liberté. Utilisant un format carré (ce qui nous fait énormément penser à la place des réseaux sociaux et d’Instagram dans le running), Free to Run relate un mouvement libertaire rattrapé par le libéralisme et le sport business. À la manière de Red Army l’an passé, ce film va bien au-delà de la simple description et possède une réflexion poussée. Pour preuve, le passage sur l’ouragan Sandy permet de se questionner sur la marchandisation du sport et sur les inégalités sociales. Free To Run est donc le documentaire de ce printemps à voir absolument. Le running, discipline en plein boom a enfin le film qu’il mérite. Free To Run (SUI – 1h40) Un film de Pierre Morath Avec la voix de Philipe Torreton

3)Whitout limits

Without Limits (« Sans limites » en français) retrace la vie de Steve Prefontaine, jeune champion américain mort à 24 ans dans un accident de voiture. Quatrième du 5000m des Jeux Olympiques de Munich (1972), Steve Prefontaine a été entraîné par Bill Bowerman, fondateur de Nike, au sein de l’Université de l’Oregon. Connu pour sa hargne exceptionnelle, Steve Prefontaine est toujours une légende Outre Atlantique. Retrouvez son portrait dans cet article de Culture Athle.

whit

4)la couleur de la victoire

jesse

Dans les années 30, Jesse Owens, jeune afro-américain issu du milieu populaire, se prépare à concourir aux Jeux d’été de 1936 à Berlin. Cependant, alors qu’Owens lutte dans sa vie personnelle contre le racisme ambiant, les Etats-Unis ne sont pas encore certains de participer à ces Jeux, organisés en Allemagne nazie. Le débat est vif entre le président du Comité Olympique Jeremiah Mahoney et le grand industriel Avery Brundage. Pourtant, la détermination de Jesse à se lancer dans la compétition est intacte…

5)invincible

invincible

L’incroyable destin du coureur olympique et héros de la Seconde Guerre mondiale Louis « Louie » Zamperini dont l’avion s’est écrasé en mer en 1942, tuant huit membres de l’équipage et laissant les trois rescapés sur un canot de sauvetage où deux d’entre eux survécurent 47 jours durant, avant d’être capturés par la marine japonaise et envoyés dans un camp de prisonniers de guerre.

6)endurance

endurance

L’histoire vraie de Haile Gebreselassie, un jeune Ethiopien qui remporta l’epreuve du 10.000 metres aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996. Derriere cet exploit se cache une histoire extraordinaire, celle d’un homme qui, du fond de la savane ethiopienne a la plus haute marche du podium, court apres son destin. Haile a peu de distractions, mais il a des reves. L’oreille collee au petit poste de radio, il vibre aux exploits des coureurs de fond qui representent son pays. La victoire de Miruts Yifter a Moscou en 1980 le decide a devenir sportif professionnel.

7)ralph

ralph

1954. Ralph, un jeune collégien turbulent, orphelin de père, apprend que sa maman est gravement malade. Quand celle-ci tombe dans le coma, le diagnostic des médecins se révèle terrible : seul un miracle pourrait la sauver. Il leur faut un miracle ? Qu’à cela ne tienne, Ralph en accomplira un !
Recruté par hasard dans l’équipe de course à pieds de son école – un sport pour lequel cet élève chétif n’a aucune aptitude – Ralph se lance à corps perdu dans l’entraînement, avec un objectif colossal : gagner le mythique marathon de Boston ! Mais la rage de vaincre et la foi d’un enfant de 14 ans suffiront-elles à lui faire gagner une course d’athlètes aussi disputée et à faire revenir sa maman à la vie comme il le croit ?

8)le braqueur

braqueur

L’histoire d’un homme comblé de dons : Johann Rettenberger, coureur de marathon couronné de succès et voleur de banques en série. Sans état d’âme, il mesure avec précision fréquence cardiaque, effort, endurance et effectivité pendant les courses d’entraînement tout comme lors des hold-up où, portant des masques absurdes et armé d’un fusil à pompe, il court pour échapper à la police. Il vit dissimulé avec son amie Erika à Vienne, partant sans cesse en chasse avec passion et plein d’avidité pour l’expédition, le mouvement, la beauté de la chasse, jusqu’à trois fois par jour. Lorsqu’il est identifié, ses jambes le sauvent d’un énorme dispositif policier. Quelqu’un comme lui ne peut avoir de but : le mouvement pur et perpétuel est l’état vers lequel tend le voleur. Plus loin, toujours plus loin l’entraîne sa fuite. Pas question d’arriver à une destination quelconque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s