Dans la tête des traileurs

Un trail, ça peut être long, très long. Il faut donc s’occuper l’esprit, des heures durant, souvent face à soi-même. Que passe-t-il alors par la tête des traileurs ? Témoignages.

Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Il y en a qui, comme Albert, se disent déjà qu’ils n’ont plus envie de partir alors qu’ils sont encore sur la ligne de départ. Et ce, alors même qu’il a « cassé les bonbons à tout le monde pendant la préparation, et foutu le souk au petit déjeuner ! ». Dès que cela devient « sérieux » sur le trail, ils sont nombreux à se demander avec dérision : « Pourquoi je me suis inscrit déjà ? ». Excellente question ; personne n’en est vraiment tout à fait sûr.

Family Matters

S’ils en ont, coureurs et coureuses pensent à leurs enfants pour se motiver. Il y a ceux pour qui tout va bien et les autres qui y ont trouvé une grande force – une raison de courir. Comme « Dav », dont les enfants seront « heureux et fiers de lui d’avoir repris le sport après un quadruple pontage coronarien ». Ou Emmanuel, qui se dit qu’il a choisi de souffrir tandis que l’une de ses filles, née avec une maladie pulmonaire, a du se battre pour vivre. Enfin, Daniela, qui fait défiler des scènes de sa vie : « [son] mariage, l’enterrement de [son] mari et les visages de [ses] enfants dans ces moments difficiles ». Voilà, voilà.

Inspirer, expirer

Respirer et avancer un pied devant l’autre. Les purs au corps se concentrent sur leurs sensations et leurs appuis afin d’éviter une chute ou des blessures, notamment quand la fatigue commence à se faire ressentir. Ne faire plus qu’un avec la nature et les éléments. C’est le cas de Jérome : « J’essaye d’adapter ma foulée le plus possible au terrain, de faire en sorte que chaque pas compte ».

« Il y en a 246 »

Certains font des calculs pour passer le temps et se motiver. Angélica calcule ainsi ce qu’elle a déjà parcouru : « 1/5e de fait… 1/3e de fait… 1/2e de fait… ». D’autres comptent le nombre de kilomètres restants jusqu’au prochain ravitaillement, ou font tout simplement des calculs mentaux. Pour Ronan, quand il n’arrive plus à calculer, c’est le signal qu’il « commence à être dans le dur ».

Pourtant, que la montagne est belle

C’est tout l’avantage du trail : courir dans la nature, traverser des forêts, grimper des montagnes, croiser des animaux… « Quel spectacle magnifique !, se dit souvent Stéphen, franchement, je ne regrette pas ! ». Fred dit même ne penser à rien d’autre qu’à profiter de la nature, « un moment attendu depuis plusieurs semaines ». Sur le chemin, certains s’arrêtent même pour prendre une photo-souvenir, immortaliser ce qui est perçu comme « une chance ». Sophie se dit qu’elle est « là, maintenant et pas ailleurs, et qu’on vit dans le présent ». Parce que le temps est une chance.

« Franchement, je ne regrette pas ! » 

It’s just me against the world

Même si la « performance » est d’aller au bout de leur course pour la majorité, les traileurs n’en oublient pas le temps qui passe. À chacun sa motivation : un record personnel à battre, des barrières horaires à respecter au risque d’être éliminé, ou des proches qui attendent –  s’impatientent – à l’arrivée. En tout état de cause, l’objectif immédiat est toujours de doubler le coureur devant… Cela peut prendre du temps. Stéphane en fait une double motivation : « rattraper celui qui est devant, ne pas être rattrapé par celui qui est derrière ».

Divagations diverses

Ce n’est pas tout bien sûr, puisqu’il y a autant de réflexions que de coureurs. Olivier s’imagine par exemple des scénarios dans lesquels il serait « un fugitif ou un Robin des bois », pendant qu’Angelica chantonne discrètement des chansons qui la motivent ou observe les autres coureurs (« Belle tenue ! », « Qu’est-ce qui est écrit sur son T-shirt ? »). Alphonse joue à des jeux mentaux contre lui-même – « je me donne un thème du style les films avec Tom Cruise et j’essaye d’en citer le plus possible ». Grégoire dit carrément ne penser « à rien, ou alors à tout sauf la course afin d’éviter de me rendre compte de ce que je suis en train de faire ». Courir, voilà tout.

Par : Chloé Duval
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s