ZOLA BUDD LA GAZELLE AUX PIEDS NUS

download (6)

En 1984, huée par les milliers de spectateurs du stade olympique de Los Angeles, descendue par la presse, insultée, raillée, le plus grand rêve de cette jeune fille de ferme s’est transformé en cauchemar médiatique.

La fièvre du running, elle la contracta très tôt. Dès son plus jeune âge, elle avait pour habitude d’aller courir pieds nus avec sa soeur ainée, Jenny. Autour de la ferme familiale en Afrique du Sud, elles parcouraient les chemins de terre ocre, avec une énergie inépuisable.

Les épreuves mythiques des JO, ont permis à nombre d’athlètes de se révéler aux yeux du monde, et de façonner leur légende. Mais parfois la machine à rêves s’enraye, oublie les valeurs universelles qu’elle se donne tant de mal à promouvoir, et se transforme en broyeur d’espoir. C’est ainsi que le monde s’est privé de l’une des grandes coureuses de fond de tous les temps.

x épreuves d’athlétisme aux Jeux Olympiques d’Amsterdam de 1928, malgré les réticences du Baron de Coubertin et du Pape Pie XI.

 

« C’est comme si votre pire cauchemar se réalisait, je ne voulais qu’une seule chose, rentrer à la maison par le premier vol et ne plus jamais m’approcher d’une piste d’athlétisme ».

ZOLA TE FUME SUR 5000 METRES

Sa carrière sportive s’annonçait radieuse. A dix sept ans, quelques mois avant les JO de Los Angeles, Zola explosa une première fois le record du 5000 mètres féminin. C’était lors d’une compétition en Afrique du Sud, où elle pulvérisa de plus de sept secondes, le meilleur temps sur la distance, jusqu’alors détenu par l’américaine Marie Decker. Cependant sa performance ne fut pas officiellement enregistrée. Son pays natal était alors boycotté par les instances sportives internationales, en raison de la politique d’Apartheid qui y était encore pratiqué.

Mais face aux résultats extraordinaires de la petite Zola, et les retombées financières qu’une victoire au JO pouvait engendrer, son père aidé par un manager peu scrupuleux éludèrent rapidement le problème. Ils réussirent à lui obtenir la nationalité britannique, grâce à la double nationalité de son grand-père. Le sésame en poche, les phases qualificatives pour participer aux Jeux ne furent qu’une formalité.

C’est ainsi qu’une gamine tout juste sortie de l’adolescence, se retrouva aux côtés des meilleurs athlètes du pays arborant fièrement l’Union Jack. L’accueil fut chaleureux au sein de son équipe d’adoption, mais celui qui l’attendait sur le sol américain fut tout autre. Elle devint la cible privilégiée de la presse locale. Celle là même qui ne jurait que par sa propre championne, et grande favorite des épreuves de fond, Marie Decker.

PRINCESSE DECKER

L’américaine était promise à la victoire. Aux yeux de la presse, il ne pouvait en être autrement. Elle n’avait pas pu participer aux JO de Moscou en 1980. En pleine guerre froide, il était inenvisageable d’envoyer une délégation américaine au coeur du vortex. 1984, c’était son année, son pays, pas question de se faire voler la vedette par une pauvresse sortie de nulle part, « elle ne porte même pas de chaussures ». Mais en une demi seconde, en final de 3000 mètres, tous ses rêves dorés disparurent sous les yeux médusés de millions de téléspectateurs.

En tentant de dépasser Zola par la corde, elle trébucha, et alla se planter les ratiches dans la pelouse fraîchement tondue par John Deere, himself. De toute évidence perturbée par l’évènement, Zola finira la course en sixième position sous les sifflets des spectateurs, persuadés d’une faute intentionnelle.

Mary Decker chute et c'est Zola qui prend

“La favorite chute, et c’est Zola qui prend ! ”

Dans le tunnel menant au coeur du stade et ses vestiaires, l’entraineur de Zola vit Marie Decker effondrée, recroquevillée sur elle même. « Marie était assise et pleurait. Zola marchait dans sa direction, présentant ses excuses, le dos vouté, les épaules tombantes. Marie lui hurlait dessus, je ne l’oublierai jamais. Zola est une personne tellement timide. Cela aurait pu survenir sur n’importe quelle course, et ce n’était pas la faute de Zola. Cela aurait été difficile à gérer pour n’importe quelle jeune fille, c’était particulièrement injuste. »

LA LANGUE QUI FOURCHE FAIT PLUS MAL QUE LE PIED QUI TREBUCHE (PROVERBE ZOULOU) 

Plus tard à la conférence de presse, Decker enfonça Budd. Les officiels disqualifièrent Zola, puis après avoir re-visionné la séquence, la disculpèrent, et lui restituèrent sa place au classement. Mais le mal était fait.

Zola n’avait pas demandé son reste, et avait taillé la route depuis un moment déjà, avec le reste de la délégation britannique. Finalement l’histoire ne se souvient même pas de l’athlète qui remporta cette course. C’était il y a trente deux ans, Zola avait été tenue responsable de la destruction des rêves de la coqueluche américaine, trainée dans la boue par les médias, accusée de racisme, de favoritisme, et reçut même plusieurs menaces de mort.

Pourtant elle ne semble n’avoir gardé aucune rancœur. « Beaucoup de gens ont eu des mots très violents, mais c’était une période étrange, et mon pays faisait des choses horribles. » Zola continua à concourir pour l’équipe britannique. Une « revanche » fut même organisée l’année suivante, mais la passion s’étiolait déjà inexorablement. Marie Decker remporta le meeting, Zola termina à la quatrième place. Par la suite, elle fit tomber quelques records en 3000 mètres et 5000 mètres, avant de quitter le paysage médiatique. La fin carrière de Decker, quant à elle fut entachée par de sombres histoires liées au dopage, elle ne remporta jamais de titre olympique.

Zola n’a jamais cessé de courir. Juste de concourir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s