SPIRIDON LOUYS- LE BERGER GREC

Tous les quatre ans, à l’occasion des jeux Olympiques d’été, le nom de Spiridon Louys est évoqué dans les médias. Ce modeste berger grec fut en effet l’inattendu vainqueur du premier marathon des Jeux de l’ère moderne, en 1896.

images (4)

Si le programme des Jeux de la Grèce antique ne comportait aucune course de plus de 5 kilomètres, le marathon fut l’épreuve reine des premiers jeux Olympiques modernes, à Athènes. Rappelons que le marathon fut imaginé par le philologue français Michel Bréal pour célébrer la mémoire de Philipiddès, le messager qui, selon la légende et Hérodote, se serait écroulé mort de fatigue après avoir couru de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire des Grecs sur les Perses lors de la bataille de Marathon en 490 avant J.-C.

Les origines de Spiridon Louys sont incertaines. Il serait né le 12 janvier 1873 dans le village de Maroussi. Il fut sans doute berger, puis porteur d’eau, et montra ses talents de coureur à pied durant son service militaire. Ce serait le colonel de son régiment qui aurait insisté pour que Spiridon Louys soit sélectionné pour disputer le marathon des Jeux. Toujours est-il que Spiridon Louys est l’un des vingt-cinq hommes qui s’élancent de Marathon, le 10 avril 1896, pour une course d’une quarantaine de kilomètres jusqu’au stade Panathénaïque d’Athènes. Vers le trentième kilomètre, il se porte en tête d’une épreuve jusque-là menée par le Français Albin Lermusiaux. Après 2 heures 58 minutes et 50 secondes d’effort, il remporte le marathon, avec plus de 7 minutes d’avance sur son compatriote Kharilaos Vasilakos, deuxième, et le Hongrois Gyula Kellner, troisième. Quand Louys pénétra dans le stade Panathénaïque, il fut accueilli par l’ovation du public. Le roi Georges Ier et le prince héritier Constantin le rejoignirent pour son dernier tour de piste.

Spyrídon Loúis devient le premier champion olympique du marathon lors des Jeux olympiques d’été de 1896 en remportant l’épreuve de 38 kilomètres en 2 heures 58 minutes et 50 secondes6. Il devient par la suite un héros national, son nom passant en expression en grec : « courir comme un Louis »7. Il obtient ensuite le monopole de l’approvisionnement en eau de la capitale depuis les sources de Maroúss

La médaille d’or de Louys le rendit extrêmement populaire. Devenu le symbole des Jeux modernes, il fut le porte-drapeau de la délégation grecque à l’occasion des Jeux de Berlin en 1936.

Lors des Jeux olympiques d’été de 1936 célébrés à Berlin, il remet au chancelier Hitler un rameau d’olivier venu du bois d’Olympie. Plusieurs mois avant l’invasion de la Grèce par les armées de l’Axe, Spyrídon Loúis meurt  dans son village natal.

Le trophée qu’il remporte en 1896 et qui est mis en vente9, est acheté pour la somme de 544 000 € par la fondation Stávros Niárchos, le , au cours d’une vente aux enchères chez Christie’s. Ce trophée en argent — une coupe sur pied finement ciselée — possession jusqu’alors du petit-fils de Spyrídon Loúis, est destiné à être exposé dans le Centre culturel de la fondation Stávros Niárchos dont l’ouverture est prévue en 2015.

Il s’est marié à Heleni avec qui il a eu trois garçons, Panagiotis, Georgios et Nikolaos, mort en 1943 pendant la seconde guerre mondiale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s